« Chaussures à son pied » de Marianne Levy

Si Marianne Levy cultive le secret sur toutes les photos où elle est censée apparaître, rassurez-vous, c’est bien l’autrice de Chaussures à son pied (Pygmalion) qui sera présente en chair et en os au #FLR. Ca tombe bien, The Lovely Teacher Addiction a beaucoup aimé son roman.

Samuel Tordjman est un jeune homme qui a quitté Paris pour mener une nouvelle vie outre-Manche. Il est dramaturge et aimerait devenir le Shakespeare 2.0. Il est entouré d’une bande d’amis aussi loufoques que formidables et ils vont nous faire passer un bon moment en leur compagnie. Avec ses faux airs de Hugh Grant, ce fait est vécu comme une malédiction plutôt qu’une bénédiction par cet homme qui ne croit pas au syndrome de Cendrillon et du prince charmant. Pour lui, cela n’existe pas et sa vision du romantisme est aux antipodes de celle dégagée par les contes de fées. Dans cette nouvelle version de Cendrillon , j’ai adoré le fait que les points essentiels du conte originel soient inversés et que notre héros ne trouve pas chaussure à son pied. Il faut dire qu’avec ses Converse rouges, il est plus cool que charmeur mais l’image qu’il dégage lui importe peu. Il se fiche du regard des autres et tient à tout prix à démonter que ce nous vend Disney et compagnie ne sont que des balivernes.

Il n’a donc qu’une seule idée en tête et il s’agira de démontrer à son amie Filo que ses blind dates n’aboutiront à aucun coup de foudre et ne feront que confirmer que la rencontre idéale ne peut exister. J’ai aimé la folie de cette Filo qui se veut apprentie cuisinière mais qui rechignera pas à donner son point de vue féminin sur la chose. Gus est aussi un personnage complètement atypique et celui qui ne cherche qu’à terminer son traité sur Conquérir ou Mourir risque bien aussi de nous faire sourire plus d’une fois. Il est totalement déjanté mais c’est aussi pour cela qu’on l’aime. Il a des idées « géniales » ou folles selon le point de vue selon lequel on se place mais Samuel sait qu’il peut compter sur lui en toutes circonstances pour l’épauler, le conseiller et donc lui venir en aide. Ces amis comptent aussi dans leur troupe Paolo aka Mr anti-perche à selfie et paparazzi à ses heures. On le voit un peu moins mais il n’est pas moins important dans ce groupe hétérogène mais complémentaire. Parviendront-ils à unir leur force pour faire entendre raison à notre héros?

Juliet est une héroïne qui n’apparaît pas dès le début du roman mais qui saura arriver à point nommé pour donner une sacrée impulsion à l’intrigue. Elle se distingue des autres héroïnes et elle va donner du fil à retordre à Samuel. Leur rencontre est comme celles qu’on voit dans les meilleures comédies romantiques mais elles n’en suivra pas tout à fait les codes. Juliet est une jeune femme pétillante qui a des idées bien précises sur le prince charmant et Sam ne répond pas aux critères nécessaires. Cela ne l’empêchera pas d’avoir recours à ses services pour une mission bien particulière. Son amie Zoé semble être du même acabit que Paolo, Gus ou encore Filo et les rares scènes où elle est là, nous nous en délectons. Le duo inattendu formé par nos deux héros pourra-t-il aboutir aux happy endings ? Ce titre sera-t-il porteur de sens pour Samuel et la pièce de théâtre qu’il tentera de monter ?

Bref, j’ai passé un bon moment de lecture avec cette réécriture du conte de Cendrillon. L’humour de Marianne Levy fait une nouvelle fois mouche et nous donne envie de suivre les péripéties de ces personnages atypiques mais attachants. Le mythe du prince charmant trouvera-t-il un écho dans la réalité ou la fiction prendra-t-elle le dessus ?

Marianne Levy sera en dédicace le samedi et le dimanche sur le stand de La Mare aux Diables.